CTR et SEO : Etude sur le comportement des internautes

CTR et SEO une étude du comportement des internautes en France

Voici une étude intéressante menée par l’agence iProspect sur le taux de clic (CTR) et le référencement naturel (SEO). L’idée, donner une vision à jour du comportement des internautes lorsqu’ils effectuent une recherche sur le web. Des données pertinentes lorsqu’on souhaite développer la visibilité d’un site et l’acquisition de trafic tout en maîtrisant ses efforts.

Sujets clés de cette étude CTR et SEO

  • Quelle est la différence entre le CTR sur desktop et celui sur mobile ?
  • Comment se répartissent les clics sur la première des résultats Google ?
  • La seconde page des résultats Google a-t-elle de la valeur ?
  • Quelle est l’influence d’une longue traîne sur le CTR ?
  • Y-a-t-il nécessité de se positionner à l’une des 3 premières places des résultats d’une requête ?

Cette liste n’est pas exhaustive, mais pourrais déjà vous donner une idée du lien fort existant entre CTR et SEO.

Pour parvenir aux résultats présentés ci-dessous, ce ne sont pas moins de 7.6 millions de requêtes, 2.1 milliards d’impressions et 233 millions de clics qui ont été analysé avec la Google Search Console.

Cela n’est pas un secret, notre comportement varie lorsque nous effectuons des requêtes sur les moteurs de recherche. L’interaction sur les pages des résultats de ces dernier diffère si nous naviguons via mobile ou via desktop. Notre démarche évolue aussi si nous recherchons un produit, une solution ou même une actualité spécifique. Ainsi, 4 segments ont été défini correspondant ni plus ni moins qu’aux types de sites internet que nous utilisons : sites marchands, sites media, sites institutionnels et sites de petites annonces

L'exemple des sites marchands

(Vous pouvez agrandir ces images en cliquant dessus)

Quelle est la différence entre le CTR sur desktop et celui sur mobile ?

Premier constat, les internautes cliquent plus sur desktop que sur mobile. En effet, le CTR sur desktop dépasse de 10 points celui sur mobile (80% Vs 70%). 

Second constat, les requêtes qui mentionnent un nom de ville ont un CTR plus important que celles qui n’en ont pas. Mais cela n’est vrai que pour la première position. Ainsi, plus la recherche devient précise, plus il semble essentiel de se positionner au premier rang.

Troisième constat, les requêtes contenant le mot « avis » ont un CTR bien plus important.

Comment se répartissent les clics sur la première page des résultats Google ?

La première position peut atteindre un CTR de plus de 40% sur les thématiques liées à la finance, à l’alimentaire ou même à l’internet. Sur d’autres thématiques, le CTR peut être lissé sur l’ensemble de la première page comme cela est le cas dans le secteur de l’immobilier et de l’habitat. Retenons ici que l’effort de positionnement SEO en première position doit se mesurer selon le secteur d’activité. Il est parfois tout aussi utile d’être second ou troisième dans certains cas de figure.

La seconde page des résultats Google a-t-elle de la valeur ?

En moyenne (desktop et mobile confondus), le CTR en première page est de 94.4%. Autant dire que l’intérêt d’être en seconde position est inexistant.

Cependant, dans certains domaines d’activités (marchés de niche), les acheteurs ont l’habitude de parcourir 2, voire 3 pages pour sélectionner leur fournisseur. Il n’empêche que même dans ce cas de figure, le risque est toujours moindre en première page.

Quelle est l'influence d'une longue traîne sur le CTR ?

Plus les requêtes sont longues, meilleur est le taux de clic. Selon les secteurs, le nombre de mots moyens par requête varie. Il est de 2.5 mots sur le segment Business & Industriel contre 4.2 mots pour le segment Emploi et Formation.

Y-a-t-il nécessité de se positionner à l'une des 3 premières places des résultats d'une requête ?

L’étude montre que cet effort s’entend encore une fois selon le secteur. En finance, il semble presque obligatoire de positionner ses mots clés en première ou seconde position sans quoi le développement de l’acquisition de trafic ne serait que trop peu efficace. Ici le CTR atteint 43% pour le premier lien organique et 24% pour le second.

Sur le secteur de la maison et de l’Habitat, les CTR sont davantage lissés en première page. En effet, 25.7% en première position, 19.4% en seconde et 10.5% au cinquième rang.  Ainsi un positionnement en quatrième ou cinquième position semble moins rédhibitoire en termes de visibilité et d’acquisition de trafic sur ce segment de marché.

Pour conclure

  • Le taux de clic n’est pas une donnée qui se généralise, qui se globalise. Il est préférable de posséder des données CTR proche de son domaine d’activité ou de la thématique à traiter.
  • La connaissance du comportement des internautes lors de recherches internet sur un domaine d’activité défini peut être un vrai plus. Dans certains cas cela permet de connaître l’effort à fournir en référencement naturel, même si, de toute évidence, on ne prend jamais de risque à être le premier !
  • Retrouvez l’intégralité de cette étude sur le site de l’agence iProspect.

Partagez cet article !